Frontside lipslide - photo : Alexandre Pires

7 questions : Akim Cherif

« J’arrivais à environ 700 euros par mois »

Combien tu as eu de sponsors de boards au cours de ta « carrière » ?

Le premier a été Cliché, au tout début, pendant un an ou deux. Ensuite j’ai été chez Logo? pendant trois ou quatre ans, après ça j’ai été chez Crème et puis il y a eu Treize skateboards, que j’avais monté avec mon frère Karim.

A quand remonte la dernière fois que tu as acheté une board ?

Punaise ! Ça remonte… en 1996 ou 1997… Ah non, j’ai dû acheter quelques planches quand je suis arrivé à Paris en 2004.

Qu’est-ce qui t’avait motivé à monter ta marque ?

Je m’étais dit que c’était possible de faire quelque chose en France, que ça ne ferait pas de mal au skate français, que ça créerait de l’émulation. Et même si ça s’est cassé la gueule ensuite, c’était une super expérience.

Combien de temps est-ce que tu n’as vécu que du skate ?

Pendant six ou sept ans. C’était cool, je voyageais en France, en Europe, j’avais une petite paye de mes divers sponsors, des primes paru ou des primes pour les contests. C’était pas le meilleur truc, les contests, mais on s’amusait bien… Occasionnellement je vendais du matos, et je ne souviens que j’arrivais à avoir environ 700 euros par mois. C’était limité mais je vivais chez mes parents, et il y avait les extras avec les contests ou l’argent du poche que j’avais sur les tours. C’était pas beaucoup mais j’étais jeune, je réalisais mon rêve de gamin d’être pro !

Est-ce que tu étais en compétition permanente avec ton frangin, que soit en terme de skate que de sponsors ?

Je pense que oui… La vie fait qu’on est toujours plus ou moins en compétition, mais d’une manière positive !

Quelle est ton activité, aujourd’hui ?

Je suis animateur péri-scolaire. Je m’occupe des kids, je fais des animations qui vont de la peinture au skateboard. Je suis assez libre de faire différentes activités que je soumets à mon directeur, qui approuve ou non. J’aime bien mon travail !

Et parmi les kids que tu as ‘initiés’ dans cette école, est-ce que tu as créé des vocations ?

Pour l’instant, ils sont tous à fond !

Flip fakie - photo : Yoann Kim Noseslide Front - photo : Khalid Chiba Ollie Up to wallie - photo : David Turakiewiscz

Sponsors : Obey, Stance, Nike SB, Nozbone depuis 2006.
Né le 31 octobre 1978 à Aix-en-Provence

Interview réalisé par: